L'audition en 10 questions !


1) Quels sont les signes de la presbyacousie ?

La presbyacousie est une perte de sensibilité ou acuité auditive qui ne touche pas que les seniors. Elle peut débuter très tôt, dès l’âge de 45 ans  mais plus généralement survient entre 50 et 60 ans. C’est une conséquence naturelle du vieillissement de nos cellules sensorielles de l’audition dont les capacités s’altèrent avec l’exposition aux bruits de notre environnement sonore. Lire la suite…

2) Quand faut-il s’appareiller ?

Il est impératif de ne pas attendre pour avoir recours à un appareillage auditif et ceci pour deux raisons. D’abord, il ne faut pas laisser penser à votre entourage que vous n’êtes plus connecté à la conversation… Ensuite, il est nécessaire de continuer de faire travailler vos circuits nerveux pour stabiliser votre atteinte auditive. Lire la suite…

3) L’appareillage ne va-t-il pas me rendre plus sourd ?

L’évolution de la dégradation des cellules de l’oreille interne est inexorable avec le temps. A la différence des yeux pour lesquels la dégradation des mécanismes de l’accommodation est musculaire, la presbyacousie est un mécanisme neurologique. Ce n’est donc pas facteur d’aggravation du phénomène que de mettre en place une correction auditive qui va au contraire faire retravailler les zones cochléaires altérées. Lire la suite…

4) Comment fonctionne le système auditif ?

L’ouïe est un sens complexe qui met en œuvre à la fois le système auditif et le cerveau : elle est obtenue par la transformation d’une énergie mécanique (les vibrations du son dans l’air) en électricité, cette électricité étant directement conduite au cerveau par le nerf auditif.
Lorsqu’un son est émis, il rentre par l’oreille externe et il est conduit jusqu’au tympan par le conduit auditif externe. Derrière cette membrane, l’oreille moyenne prend le relais en amplifiant le son grâce à trois osselets (le marteau, l’enclume et l’étrier) et en le transmettant à l’oreille interne. C’est alors au tour de la cochlée qui contient 16 000 cellules ciliées de transformer ce son en énergie électrique. Lire la suite…

5) Comment fonctionne une aide auditive ?

Une aide auditive sert de passerelle entre l’environnement sonore et la zone d’audition du malentendant. Les aides auditives numériques d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec les premiers appareils auditifs. Ce sont de véritables ordinateurs microscopiques, capables d’analyser l’environnement sonore pour amplifier sélectivement la parole et le bruit et effectuer plusieurs dizaines de milliers d’opérations de calcul en une seconde pour ajuster l’environnement sonore à votre audition résiduelle. Lire la suite…

6) Quand doit-on faire vérifier son audition ?

En France, l’audition est désormais testée dès la naissance. On préconise ensuite de vérifier l’ouïe des enfants à l’âge de 3, 6 et 15 ans. C’est d’autant plus important quand les enfants ont subi des otites à répétition : une altération de l’ouïe peut en effet entraîner des difficultés de langage et un retard dans l’apprentissage de la lecture. Si aucuns troubles n’apparaissent par la suite, un examen de contrôle pourra être réalisé vers 45 ans, puis un environ tous les 10 ans, si tout va bien. Lire la suite…

7) La déficience auditive peut-elle être génétique ?

On appelle surdité génétique ou héréditaire, une affection qui a été transmise des parents à leurs enfants. On estime que 60% des surdités qui apparaissent avant le développement de la parole (surdités prélinguales) ont une origine génétique. Dans les pays industrialisés, deux enfants sur mille sont atteints d'une surdité prélinguale, parmi lesquelles une sur mille est d'origine génétique. Lire la suite…

8) Qu’est-ce qu’on appelle un « traumatisme sonore » ?

Il faut être très vigilant par rapport au traumatisme sonore qui reste l’ennemi numéro un d'une bonne audition. Sirène d’ambulance, de pompiers, sèche-cheveux, aspirateur et robots ménagers … Ces bruits du quotidien sont considérés comme néfastes à partir de 70-80 décibels. Passées les 80 décibels (concert, discothèque, marteau-piqueur…) les cellules les plus fragiles destinées aux fréquences aigües sont agressées. L’intensité sonore, sa proximité et la durée d’exposition au bruit vont alors constituer trois facteurs de risque déterminants. Au-delà de 80 décibels, le temps d’exposition ne doit pas dépasser 30 minutes ! Lire la suite…

9) Les baladeurs et les portables présentent-ils un danger pour les oreilles ?

Dans notre société d’hyper-connexion à tous les médias, l’ouïe est constamment sollicitée et le silence se fait rare… Des études ont montré que l’utilisation prolongée des téléphones portables n’était pas sans risques. Il faut donc garder une utilisation raisonnée de ces appareils pour conserver de bonnes capacités auditives, le plus longtemps possible. Lire la suite…

10) Les acouphènes : qu’est-ce que c’est ?

8% de la population souffrirait d’acouphènes aujourd’hui en France. Ces bruits qu’on dit « fantômes » seraient la conséquence d’une souffrance des  cellules ciliées dans l’oreille interne, qui n’enverraient plus les signaux électriques habituels par le nerf auditif. Cette absence entraînerait alors une réaction anarchique de certains neurones qui émettraient ces bruits fantômes. Lire la suite…